From CEF

Membres: NoemieGraignic

Noémie Graignic


Stagiaire postdoctorale UQAT (Canada) - Plateforme PALGENE et laboratoire de paléogénétique et évolution moléculaire (CNRS, ENS de Lyon, LECA - France)

Paléo‐génétique des populations marginales de Thuja occidentalis en milieu boréal

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

Directrice: Francine Tremblay
Directrice du laboratoire et plateforme en France: Catherine Hänni


FORMATION ACADÉMIQUE

SUJET DE DOCTORAT

Impact de la fragmentation sur la capacité reproductrice et la diversité génétique de l'érable à sucre (Acer saccharum Marshall) au Québec

Direction: Francine Tremblay
Co-direction: Yves Bergeron

L’objectif du projet visait à mieux comprendre la dynamique des peuplements d’érable à sucre (Acer saccharum Marsh.) à la limite nordique de répartition de l’espèce. Nous avons étudié : (1) le potentiel de régénération et la diversité génétique des populations naturelles situées respectivement dans les zones de répartition discontinue (fragmentées) et continue, suivant trois transects latitudinaux (ouest, centre et est au Québec) où étaient répartis 24 sites au total ; et (2) la structure génétique des peuplements traités par la coupe de jardinage. L'impact de la coupe a été analysé dans trois paires (forêts anciennes et peuplements jardinés) de peuplements situés dans la zone de répartition continue. Les résultats ont montré que (1) la régénération de l'érable à sucre était bonne dans tous les sites étudiés et (2) que l’espèce possédait une grande diversité génétique et une faible différenciation entre les populations sur l'ensemble du Québec. La proportion de samares pleines et le nombre de plantules étaient plus faibles dans les populations de la zone discontinue du transect ouest. Le nombre d’années semencières et la densité des plantules d’érable à sucre étaient influencés en partie par les conditions climatiques. Des différences entre les populations des zones continue-discontinue ont été observées au niveau génétique. Ainsi, la diversité génétique était inférieure et la différenciation entre les populations plus importante, dans la zone discontinue par rapport à la zone continue sur l'ensemble du Québec et, plus particulièrement, sur le transect ouest (en Abitibi-Témiscamingue). La coupe de jardinage a eu globalement peu d’impact sur la structure génétique des peuplements. Il ressort clairement de cette étude que les populations nordiques d’érable à sucre de l’ouest du Québec montrent un patron distinct de recrutement et une diversité génétique plus faible. Par ailleurs la détection d’un goulot d’étranglement dans les peuplements jardinés demanderait un suivi à plus long terme afin d’éviter une érosion génétique consécutive à des coupes successives.
Sites d'érable à sucre étudiésDi-samare d'érable à sucre, CanadaPlantules d'érable à sucre, Canada

PUBLICATIONS

Récupéré sur http://www.cef.ulaval.ca/index.php?n=Membres.NoemieGraignic
Page mise à jour le 15/12/2014 à 10h17 Heure de l'Est (GMT-5)